JaamZIN

Dans une de mes premières photochroniques, je vous ai conté l’histoire de ma photo intitulée Do Androids Dream of Electric Sheep? Je vous ai expliqué qu’elle avait été très bien reçue sur flickr, que grâce au groupe explore elle avait obtenu beaucoup de favoris mais je ne vous ai pas tout dit. L’heure est venue de vous parler de JaamZIN.

Premier contact

Peu après la publication de Do Androids Dream of Electric Sheep?, je reçois deux courriels identiques, l’un sur flickr, l’autre dans ma boîte aux lettres. Le contenu est basique : « We would be glad to feature some of your photos » suivi de l’adresse d’un site web. N’ayant jamais reçu de spam sur flickr, j’ai confiance et je vais voir le site.

JaamZIN Creative est un site anglophone basé à Singapour. Son activité principale est la promotion d’artistes : photographes, designers, peintres, musiciens… Comme tout média, JaamZIN est présent sur les réseaux sociaux : facebook, flickr, instagram et bien évidemment le web.

Mon exploration à peine commencée, je tombe sur le magazine (numéro de février 2018). Dans le genre catalogue chic, en anglais évidemment. Chaque artiste fait l’objet d’une page, plus pour certains. Le niveau artistique est très élevé. Je me dis en moi-même : « Ce doit être une erreur. Ou alors c’est juste un premier contact, jamais je ne serai publié dans cette revue ! »

Le syndrome de l’imposteur

Je suis victime du syndrome de l’imposteur. Dans le magazine respire (n°9), le Dr Valérie Young indique que ce prétendu syndrome caractérise « les gens qui ont du mal à s’approprier ce qu’ils ont mené à bien, l’attribuant à des facteurs extérieurs tels que la chance, l’aide apportée par des tiers, ou une attitude qui consiste à se discréditer : “Si je peux le faire, c’est à la portée de n’importe qui” ».

80% des personnes — autant les hommes que les femmes — seraient affectés à un moment ou un autre de leur existence. On ne peut donc considérer qu’il s’agit d’une maladie ; c’est pour cette raison que j’ai préféré parler d’un prétendu syndrome.

Besoin de parler

Quoi qu’il en soit, me voilà fort perturbé. Je ne sais que penser, et par conséquent que faire. J’aimerais bien avoir un avis éclairé. J’envoie un message à mon fils qui réside en Chine. Rien de difficile en temps normal mais comme un fait-exprès je ne suis pas à la maison. Ma femme et moi sommes en visite en province, dans une maison fort accueillante mais sans l’internet. Pas de clavier, pas d’ordinateur, tout doit se faire par téléphone.

Mon fils est de mon avis. C’est sérieux. Je réponds au mail de JaamZIN en leur demandant de m’en dire plus. La réponse arrive vite. Il faut juste leur transmettre trois photos — qu’ils ont choisies dans ma galerie flickr — en haute résolution ainsi qu’une courte présentation, une bio.

L’imposteur qui est en moi s’en donne à cœur joie. Entre un ironique « Le jour de gloire est arrivé ! » et un très suspect « Ta vie, ton œuvre en anglais, on va bien rire », je suis dans les centièmes dessous. D’autant que la copine de mon fils vient de me contacter depuis New York. Elle adore mes photos, c’est super, il faut ouvrir un compte Instagram, etc. Désolé, Miss Bunny, mais je n’ai qu’un téléphone. Patience ! Comme il est loin le temps où parents et enfants habitaient le même village ! Elle à New-York, lui à Shanghai, moi en France, pourquoi faire simple ? Et en même temps, quel enthousiasme !

C’est parti

Tourneboulé, je fais. Tourneboulé, j’avance. J’ai quitté ma zone de confort, aucun doute là-dessus ! C’est chaotique mais je fais confiance à mes proches. J’écris ma bio péniblement mais en toute sincérité. Je sais que je dois beaucoup à Anne-Laure Jacquart et je la cite. Je suis retraité et photographe amateur, sûrement pas professionnel. Un vieux débutant. C’est cela, un old beginner.

Je regarde les photos qu’ils ont choisies :
Do Androids… Je comprends que tout est parti d’elle. Le mail est daté d’une heure après l’intégration dans explore.
La faille. J’adore cette image minimaliste. J’en suis fier. Le minimalisme, évidemment bien sûr. Je tiens un autre point à mentionner dans ma bio.
Neige 3. Minimaliste encore. J’aime bien. Ils ont du goût chez JaamZIN.

Me voilà arrivé. Ma bio, courte mais riche de sens, est prête. J’expédie le texte et les trois photos péniblement récupérées sur mon téléphone. Mon fils trouve la bio très réussie. Tout s’enchaîne très vite. Je serai à la une du site JaamZIN durant une petite semaine, avec d’autres artistes. Le terme artiste me dérange un peu. Ce n’est que le début d’un long questionnement dont je vous ai fait part dans Suis-je un artiste ? Je ferai aussi l’objet d’une publication sur facebook et sur instagram. Mais ce qui me fait le plus plaisir, c’est de me retrouver un mois plus tard en page 4 du magazine de mai 2018.

Aujourd’hui

Cette aventure s’est déroulée en mai 2018. Cela fera bientôt un an. Avoir été publié n’a pas changé ma vie mais c’est une étape dans mon cheminement de photographe amateur. L’imposteur en moi est toujours vivant, comme le canard de Robert Lamoureux. Je pense devoir finir le reste de ma vie en sa compagnie. Il se manifeste régulièrement mais il me suffit de repenser à ces quelques jours de mai pour me convaincre qu’il a tort et que je ne dois pas l’écouter. Autre technique, je me dis que mon groupe des soit-disant imposteurs compte des célébrités telles que Neil Armstrong, Kate Winslet et Lady Gaga, entre autres.

Je suis attentivement les publications de JaamZIN, sur les réseaux sociaux le plus souvent. J’ai fait ainsi la connaissance d’une artiste photographe française avec qui je suis toujours en contact. Je suis sa progression avec intérêt, je me réjouis de la voir grimper les échelons, obtenir des prix, exposer en France et à l’étranger. Dans une de ses stories, elle indique que JaamZIN a été sa première presse.


Portez-vous bien ! À bientôt pour une prochaine photochronique !

Auteur : bernardbouthors

Photographe amateur

5 réflexions sur « JaamZIN »

  1. Oui effectivement, J’ai eu l’honneur et la grande surprise de voir l’une de mes photos publiée sur tous les portails européens de Canon. Je le raconterai un jour si j’ai le temps de mettre en ligne un blog dédié à la magie du monde photographique.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.