Un Noël compliqué

La plupart des personnes qui tiennent un blog de photographie publient beaucoup d’images. Ce n’est pas mon cas ; il m’arrive fréquemment de passer plusieurs semaines sans prendre la moindre photo et, quand je le fais, je publie au final peu de clichés. Si j’en crois les conseils de ceux qui font profession de vous expliquer comment bien utiliser les réseaux sociaux, comment vous faire connaître sur facebook ou instagram, comment avoir plein de likes et de followers, je fais le contraire de ce qu’il faut : au lieu de publier quotidiennement pour garder le contact avec un public fidèle, je me fais rare.

Je ne le fais pas exprès. C’est comme ça ; je fais peu de photographies et par conséquent je publie peu sur facebook (ALJPHOTO) et instagram. Quant à mon blog, je publie encore moins parce qu’il me faut écrire un texte, avec du contenu, un sujet et pas seulement accompagner des photos de quelques menus détails car je n’en vois pas l’intérêt.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Il y a six ans de cela, en 2013, le jour de Noël, j’ai pris plus de 200 clichés, enfin pas tout seul parce que mon appareil est passé de main en main. Sur mon boîtier APS-C, un téléobjectif 70-200 mm tout neuf, acheté quelques semaines auparavant. La découverte des gros plans, de la faible profondeur de champ, la nécessité de monter en ISO parce que la lumière manque.

Ce jour-là, mes trois fils sont — fait exceptionnel — à la maison. La veille, je suis allé à Roissy chercher Nicolas, sa compagne Bunny et la maman de celle-ci. Le voyage depuis Shanghai n’a pas été simple. Quand l’avion arrive pour se poser à Charles-de-Gaulle, le vent souffle très fort. L’atterrissage est impossible. L’A380 va se poser à Zurich. Il atterrira finalement à Roissy cinq heures plus tard. En Suisse, pas de débarquement ; tout le monde est resté à bord. Les trois Chinois sont heureux d’être en France mais crevés.

Mon fils le plus jeune, Vincent, a travaillé la nuit du 24 au 25. Il est réceptionniste dans un hôtel parisien. Il n’a pas encore le permis de conduire, c’est son grand frère Matthieu qui est allé le chercher, lui, sa compagne et le petit Hugo, âgé de cinq mois, en milieu d’après-midi. De ce fait, les cadeaux sont restés sagement au pied du sapin la plus grande partie de la journée.

Des deux cents photos prises à cette occasion, une seule m’est restée en mémoire, sans doute parce c’est elle qui résume le mieux ce qui est le plus beau Noël de ma vie. Matthieu, le tonton, parrain aussi, tient Hugo sur ses genoux. Un double portrait, des regards songeurs portés dans des directions différentes — chacun sa vie, générations différentes —, l’habit de Père Noël, le bonnet, les bulles de bokeh discrètes qui suggèrent la fête. Cette photo, j’y ai pensé récemment, au beau milieu de la nuit. Je me suis dit qu’il faudrait écrire une photochronique à son sujet, sans trop en cerner la raison.

À l’heure où j’écris ces lignes, je me dis que, même avec toutes ces explications, vous ne pouvez ressentir ce que je ressens en voyant cette image. N’y voyez aucun reproche de ma part. C’est parfaitement normal, surtout lorsqu’il s’agit de proches. Et je me dis que c’est la même chose pour plein d’autres images, moins personnelles, chargées d’une intention pas toujours partagée. Je me dis qu’une photo, la plus réussie soit-elle, n’est que partiellement ressentie par ceux et celles qui la regardent, qu’il ne peut en être autrement, et qu’il faut se réjouir quand le message passe, même partiellement.

C’est pour cette raison, entre autres, que je continue à photographier. D’une façon plus posée, plus réfléchie. Je me suis amélioré depuis 2013, pas beaucoup de mérite, je partais de bien bas. Parfois je pense avoir réussi une bonne photo, un sentiment pas forcément partagé. Alors je me dis qu’une image ou un article que l’on publie est comme une bouteille que l’on jette à la mer. Tout peut arriver, y compris le meilleur.

« Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer »

Guillaume d’ORANGE-NASSAU.

Auteur : bernardbouthors

Photographe amateur

4 réflexions sur « Un Noël compliqué »

  1. J’aime bien vos chroniques, et celle-ci me parle!! Noël ,c’est dans un peu plus de deux mois. C’est toujours une période riche en émotions. Cette photo est un beau souvenir d’un moment partagé en famille!! une entrée dans votre intimité familiale, c’est très différent de ce que vous faites habituellement!!! c’est pourquoi je me permet de commenter 🙂
    Cordialement

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Françoise, votre commentaire me touche. Jusqu’à maintenant vous faisiez partie de mes lecteurs de l’ombre — celles et ceux qui me lisent sans jamais commenter. Les plus nombreux, invisibles, impossibles à cerner, c’est d’abord à eux que je pense chaque fois que je publie un article. Vont-elles/ils aimer ce que je viens d’écrire ? Vont-elles/ils continuer à me lire ? Quand je publie, une photo, un article, une vidéo, peu importe, je m’expose. J’ai peur de prendre des coups mais surtout je redoute le silence, ce vide dont je ne sais trop que penser mais qui a priori n’annonce rien de bon. Alors quand l’un.e de mes abonné.e.s sort du bois et se manifeste, pour me dire qu’il/elle aime mes chroniques, je suis aux anges.
      D’un naturel inquiet, je suis enclin au doute. Souvent je me demande s’il est raisonnable de continuer ce blog. Aussi votre réaction me rassure et m’aide à penser positivement.
      Vous trouvez Un Noël compliqué très différent de ce que je fais habituellement. S’il est vrai que c’est la première fois que je parle aussi précisément de ma famille, j’ai déjà évoqué certaines choses de ma vie, dans Mon Danbo, Mon style de prédilection ou Jaamzin, par exemple ; il est vrai en mode mineur, plus discrètement.
      Je terminerai par ce dernier point : Françoise, permettez-vous de commenter, n’hésitez pas à vous exprimer !
      Cordialement.

      J'aime

  2. Bonjour Bernard, bien que m’aimant pas les textes très long, je viens de lire en entier celui-ci, tu racontes toute cette période festive de Noël et finalement je ne sais pas dire pourquoi, mais j’ai trouvé le texte très accrocheur et que l’on a envie de lire, les mots et les phrases sont pesées et bien décrites, aussi que même sans connaître les personnages l’on se plonge dans cette aventure que j’ai aimé vivre.
    Un récit remplit de retentissement de toutes sortes qui en fait es t prenant et c’est sûrement pour cela qu’il attire le lecteur.
    Je te souhaite une bonne journée. Amitiés.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.