Do Androids Dream of Electric Sheep?

Une photo abstraite, le titre d’un roman-culte de la SF américaine, les pourquoi d’une image.

Le titre

Pour orienter la vision du spectateur face à cette image authentiquement abstraite, j’ai choisi un titre référence. Do Androids Dream of Electric Sheep? — en français, Les Androïdes rêventils de moutons électriques ? — est un roman de Philip K. Dick. Il y est question de replicants, des robots semblables aux humains prétendument dangereux qu’il faut éliminer impérativement. Si cela ne vous dit rien, je vous livre un autre indice. Les chasseurs de replicants sont appelés Blade Runner. Dans mon panthéon personnel, ce film de Ridley Scott est très très haut placé. Pour tout, pour l’histoire, pour ce monde dystopique où il n’arrête pas de pleuvoir, pour la musique de Vangelis et la merveilleuse scène de séduction entre Rachael (Sean Young) et Deckard (Harrison Ford). Si vous connaissez, je ne vous apprends rien ; dans le cas contraire, rien de grave. Il en va toujours ainsi avec les références ; elles fonctionnent immédiatement, ou pas. C’est comme les blagues. Il reste quand même le mot Androids qui devrait vous avoir mis sur la piste de la science-fiction.

Continuer à lire … « Do Androids Dream of Electric Sheep? »

À propos des photos abstraites

N’ayez pas peur ! Laissez-vous aller ! L’abstraction est à la portée de tous.

À l’origine, un blocage

À l’origine de cette chronique, il y a ce constat :

  1. Les photos publiées sur les réseaux sociaux — par exemple, Instagram ou flickr — qui portent le hashtag #abstrait ou #abstract sont sans équivoque abstraites. (Il y a forcément des exceptions mais je n’en ai pas trouvé jusqu’à maintenant.)
  2. Quand on demande, à des fins de formations, à des photographes de réaliser des photographies abstraites, en général elles ne le sont pas. Je qualifierai ces images comme semi-abstraites tout au plus.

Il semblerait donc qu’il existe une sorte de plafond de verre empêchant les photographes amateurs de passer à l’abstraction, un blocage si vous préférez.

Continuer à lire … « À propos des photos abstraites »

Un matin d’éclaircie

Un matin d’éclaircie
Le long de la Passerelle
Je vais à l’essentiel
S’envolent mes soucis

L’endroit le plus emblématique de Cergy est l’Axe majeur, conçu par l’artiste israélien Dani Karavan. J’aime m’y promener, de préférence avec des amis. Ce matin-là, je suis avec mon ami René, en route pour une promenade de deux heures environ, histoire d’avoir nos dix mille pas au compteur, au moins. Entre retraités, nous nous sommes entendus pour nous voir et marcher ensemble régulièrement.

Continuer à lire … « Un matin d’éclaircie »