…un légume 19/09/2019

Photographie inspirée par le slogan “ Cinq fruits et légumes par jour ” et par mes souvenirs fantasmés des sixties.

Il manquait quelque chose à Quatre fruits ; l’erreur est réparée.

Fin de l’aventure des Cinq fruits et légumes par jour.

Quatre fruits… 18/09/2019

Photographie inspirée par le slogan “ Cinq fruits et légumes par jour ” et par mes souvenirs fantasmés des sixties.

Quelques dates de la carrière d’Andy Warhol :

  • 1962 – Diptyque Marylin,
  • 1962 Campbell’s Soup Cans,
  • 1964 – ouverture de la première Factory.

Rien n’est le fruit du hasard. Je lis en ce moment Just Kids, roman autobiographique de Patti Smith : sa vie avec Robert Mapplethorpe, comment ils sont devenus artistes, la bohème, le New York du Chelsea Hotel, de la Factory et — je l’ignorais — l’amour de Patti Smith pour la France, Paris, la poésie française, Rimbaud, Baudelaire et Apollinaire.

À suivre…

Je prenais mon café

Je prenais mon café
Quand l’addictif breuvage
En son cadre imparfait
Me dit en son langage

Jeudi, nouveau défi*
Fais de moi une image
Rien ne saurait, ami
Me combler d’avantage

De mon cher téléphone
Je caresse l’écran
Trouve la photo bonne
En direz-vous autant ?


* Les défis hebdomadaires d’ALJPHOTO sont publiés le jeudi.

Couleur et/ou noir et blanc

J’ai pris cette photo ce matin, je l’ai traitée cet après-midi et publiée sur ALJPHOTO dans la foulée. Le défi de la semaine est La magie des reflets. Pour autant, je n’ai pas renoncé à mes orientations habituelles, mon attirance vers l’abstrait tout particulièrement.

J’ai réalisé ce diptyque parce que je n’arrivais pas à me décider entre la version couleur et la version noir et blanc. En général, ma préférence va au monochrome en niveaux de gris mais, sans doute parce que cette image est contrastée et plutôt abstraite, la couleur lui va bien. On peut également concevoir le diptyque comme un tout, un dialogue entre deux images à la fois semblables et différentes.

Pour le plaisir, j’ai tourné l’image noir et blanc de 180°. De ce fait, et aussi parce qu’elle est monochrome, elle est plus abstraite que la version couleur. J’aime aussi — mais là c’est très personnel — l’idée consistant à présenter la réalité autrement que sous son aspect ordinaire, bien identifiable. Je sais que tout le monde n’aime pas cela mais cette vision des choses me tient à cœur.

Je termine ici ma chronique la plus courte à ce jour. À bientôt !

12 mars 2019 — Outils de mon quotidien

Après une séquence de cinq photographies en noir et blanc pour le défi Le plus de profondeur de champ possible du site ALJPHOTO, je me suis dit que je devais me remettre à la couleur.

J’ai une attirance pour le noir et blanc et photographier en couleur — comprendre l’ensemble du processus allant de la prise de vues jusqu’à la publication finale — ne m’est pas facile. Les règles sont différentes, la grammaire de la couleur m’est en grande partie étrangère. Comme j’aime beaucoup le minimalisme, j’arrive à produire des images à la palette de couleurs réduite, dans lesquelles le peu de couleur ressort bien sur un ensemble peu saturé — sans désaturation partielle, je tiens à le préciser. Mais une image très colorée reste pour moi problématique.

Cet après-midi, en voyant mon pot à crayons et mon BuJo (Bullet Journal) posés sur la table de la véranda, je me suis dit que j’avais l’occasion de sortir de ma zone de confort et peut-être même de réussir une image créative.

La prise de vues n’a pas été compliquée. Les motifs de la nappe étant disgracieux, les couleurs des objets photographiés étant vives, du genre candy colours comme disent les Anglais, un fond blanc m’a paru judicieux. Une simple feuille de papier raisin m’a suffi. Pour être honnête, l’idée de poser mon journal à l’arrière-plan pour créer un fond flou m’est venue en cours de séance. Le problème avec un fond flou est que c’est votre objectif qui décide de ce à quoi ça ressemble. L’ouverture était au maximum (f/2 .8) et je ne souhaitais pas en changer. Heureusement, malgré le flou poussé, la forme générale d’un carnet de notes reste identifiable.

Lors du post-traitement, c’est la balance des blancs qui a été la plus délicate à régler. Avec Color Efex de la Nik Collection, j’ai pu trouver les effets créatifs qui me convenaient. Ils restent légers ; l’image finale n’est pas très éloignée de l’image brute, cette notion étant pour moi sans grande importance vu qu’un fichier raw sera rendu avec pas mal d’écarts selon l’outil de développement utilisé et les réglages par défaut correspondants.

Demain, je poste mon image sur ALJPHOTO. Pour une fois, la primeur de la publication revient à mon blog. Une dernière remarque : le point est fait sur les capuchons des feutres. Ils sont noirs, l’encre contenue est noire, le diamètre de la pointe est couleur argent. Quand je vous dis que je préfère le noir et blanc !

11 mars 2019 — Ceci n’est pas un selfie

Hier, j’ai pris plaisir à faire une séance d’autoportraits pour le défi ALJPHOTO Le plus de profondeur de champ possible. Il en ressort la photo que vous voyez.

Continuer à lire … « 11 mars 2019 — Ceci n’est pas un selfie »

4 mars 2019 — Freya

“ Moi je t’offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas. ”

La photo du jour

Je publie sur facebook, sur flickr et sur instagram. Pourtant, il me manquait quelque chose. Est-ce la liberté de présenter mes photographies comme bon me semble ? Peut-être ? Ce matin, en traitant cette image pour le défi Cadrage en coin du site ALJPHOTO, je me suis dit que cela vaudrait la peine de la publier dans mon blog, inaugurant ainsi un genre d’article que j’appelle la photo du jour.

Continuer à lire … « 4 mars 2019 — Freya »