12 mars 2019 — Outils de mon quotidien

Après une séquence de cinq photographies en noir et blanc pour le défi Le plus de profondeur de champ possible du site ALJPHOTO, je me suis dit que je devais me remettre à la couleur.

J’ai une attirance pour le noir et blanc et photographier en couleur — comprendre l’ensemble du processus allant de la prise de vues jusqu’à la publication finale — ne m’est pas facile. Les règles sont différentes, la grammaire de la couleur m’est en grande partie étrangère. Comme j’aime beaucoup le minimalisme, j’arrive à produire des images à la palette de couleurs réduite, dans lesquelles le peu de couleur ressort bien sur un ensemble peu saturé — sans désaturation partielle, je tiens à le préciser. Mais une image très colorée reste pour moi problématique.

Cet après-midi, en voyant mon pot à crayons et mon BuJo (Bullet Journal) posés sur la table de la véranda, je me suis dit que j’avais l’occasion de sortir de ma zone de confort et peut-être même de réussir une image créative.

La prise de vues n’a pas été compliquée. Les motifs de la nappe étant disgracieux, les couleurs des objets photographiés étant vives, du genre candy colours comme disent les Anglais, un fond blanc m’a paru judicieux. Une simple feuille de papier raisin m’a suffi. Pour être honnête, l’idée de poser mon journal à l’arrière-plan pour créer un fond flou m’est venue en cours de séance. Le problème avec un fond flou est que c’est votre objectif qui décide de ce à quoi ça ressemble. L’ouverture était au maximum (f/2 .8) et je ne souhaitais pas en changer. Heureusement, malgré le flou poussé, la forme générale d’un carnet de notes reste identifiable.

Lors du post-traitement, c’est la balance des blancs qui a été la plus délicate à régler. Avec Color Efex de la Nik Collection, j’ai pu trouver les effets créatifs qui me convenaient. Ils restent légers ; l’image finale n’est pas très éloignée de l’image brute, cette notion étant pour moi sans grande importance vu qu’un fichier raw sera rendu avec pas mal d’écarts selon l’outil de développement utilisé et les réglages par défaut correspondants.

Demain, je poste mon image sur ALJPHOTO. Pour une fois, la primeur de la publication revient à mon blog. Une dernière remarque : le point est fait sur les capuchons des feutres. Ils sont noirs, l’encre contenue est noire, le diamètre de la pointe est couleur argent. Quand je vous dis que je préfère le noir et blanc !

11 mars 2019 — Ceci n’est pas un selfie

Hier, j’ai pris plaisir à faire une séance d’autoportraits pour le défi ALJPHOTO Le plus de profondeur de champ possible. Il en ressort la photo que vous voyez.

Continuer à lire … « 11 mars 2019 — Ceci n’est pas un selfie »

Faisons connaissance

Les déambulations photographiques d'Emilie

Maman de deux enfants, opticienne, rêveuse à temps complet et paradoxalement terre à terre! Fille de la montagne, j’ai essayé la ville, mais ce ne fût pas une réussite…

Pourquoi ce blog finalement?

Le partage de mes photos, qui me permettent de m’évader avant, pendant et après la prise de vue; les faire vivre ailleurs que sur mon disque dur.

J’ai commencé à publier mes photos très tardivement. Je me suis lancée sur le groupe ALJ photo ce qui m’a permis de sortir de ma zone de confort et confronter mes photos à l’avis public. Ce groupe a été lancé par Anne-Laure Jacquart pour permettre à ses lecteurs de partager leurs photos au fils des semaines et donc des défis imaginés par l’auteur.
On sera tous d’accord qu’un mari ou pire une grand-mère ne seront pas totalement subjectif!!!
Les défis ne me permettent pas de traiter totalement de mes sujets…

Voir l’article original 196 mots de plus

Suis-je un artiste ?

Récemment, quelqu’un m’a dit à peu près ceci : « De mon point de vue, tes photos ne sont plus seulement les photos d’un passionné qui maîtrise son matériel, on rentre vraiment dans le domaine pro et artistique. Je sais que tu verras toujours les petits défauts et améliorations possibles, le manque de matériel, lumière, etc. mais moi je considère que tu as passé le cap du niveau pro/artiste maintenant. »

Continuer à lire … « Suis-je un artiste ? »

4 mars 2019 — Freya

“ Moi je t’offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas. ”

La photo du jour

Je publie sur facebook, sur flickr et sur instagram. Pourtant, il me manquait quelque chose. Est-ce la liberté de présenter mes photographies comme bon me semble ? Peut-être ? Ce matin, en traitant cette image pour le défi Cadrage en coin du site ALJPHOTO, je me suis dit que cela vaudrait la peine de la publier dans mon blog, inaugurant ainsi un genre d’article que j’appelle la photo du jour.

Continuer à lire … « 4 mars 2019 — Freya »

Mon Danbo

Présentation

Danbo ou Danboard est une petite figurine en carton au regard ingénu, issue du manga Yotsuba & !. Créé en 2007 pour les besoins d’un épisode, Danbo devient en 2009 un mème de photographie. C’est ainsi que je l’ai connu en 2015 ; régulièrement certains membres du groupe ALJPHOTO publiaient des photos de leur Danbo dans des situations amusantes ou cocasses.

Continuer à lire … « Mon Danbo »

Do Androids Dream of Electric Sheep?

Une photo abstraite, le titre d’un roman-culte de la SF américaine, les pourquoi d’une image.

Le titre

Pour orienter la vision du spectateur face à cette image authentiquement abstraite, j’ai choisi un titre référence. Do Androids Dream of Electric Sheep? — en français, Les Androïdes rêventils de moutons électriques ? — est un roman de Philip K. Dick. Il y est question de replicants, des robots semblables aux humains prétendument dangereux qu’il faut éliminer impérativement. Si cela ne vous dit rien, je vous livre un autre indice. Les chasseurs de replicants sont appelés Blade Runner. Dans mon panthéon personnel, ce film de Ridley Scott est très très haut placé. Pour tout, pour l’histoire, pour ce monde dystopique où il n’arrête pas de pleuvoir, pour la musique de Vangelis et la merveilleuse scène de séduction entre Rachael (Sean Young) et Deckard (Harrison Ford). Si vous connaissez, je ne vous apprends rien ; dans le cas contraire, rien de grave. Il en va toujours ainsi avec les références ; elles fonctionnent immédiatement, ou pas. C’est comme les blagues. Il reste quand même le mot Androids qui devrait vous avoir mis sur la piste de la science-fiction.

Continuer à lire … « Do Androids Dream of Electric Sheep? »

À propos des photos abstraites

N’ayez pas peur ! Laissez-vous aller ! L’abstraction est à la portée de tous.

À l’origine, un blocage

À l’origine de cette chronique, il y a ce constat :

  1. Les photos publiées sur les réseaux sociaux — par exemple, Instagram ou flickr — qui portent le hashtag #abstrait ou #abstract sont sans équivoque abstraites. (Il y a forcément des exceptions mais je n’en ai pas trouvé jusqu’à maintenant.)
  2. Quand on demande, à des fins de formations, à des photographes de réaliser des photographies abstraites, en général elles ne le sont pas. Je qualifierai ces images comme semi-abstraites tout au plus.

Il semblerait donc qu’il existe une sorte de plafond de verre empêchant les photographes amateurs de passer à l’abstraction, un blocage si vous préférez.

Continuer à lire … « À propos des photos abstraites »

Un matin d’éclaircie

Un matin d’éclaircie
Le long de la Passerelle
Je vais à l’essentiel
S’envolent mes soucis

L’endroit le plus emblématique de Cergy est l’Axe majeur, conçu par l’artiste israélien Dani Karavan. J’aime m’y promener, de préférence avec des amis. Ce matin-là, je suis avec mon ami René, en route pour une promenade de deux heures environ, histoire d’avoir nos dix mille pas au compteur, au moins. Entre retraités, nous nous sommes entendus pour nous voir et marcher ensemble régulièrement.

Continuer à lire … « Un matin d’éclaircie »

Photos + chroniques ?

Bienvenue ! Je m’appelle Bernard Bouthors et vous lisez mon premier article de blog.

 

J’ai découvert la photographie créative en 2015 grâce aux ouvrages et au site facebook d’Anne-Laure Jacquart  ALJPHOTO. Ce que je sais de la photographie, pour l’essentiel, c’est à elle que je le dois. J’ai beaucoup tâtonné au début, commis des erreurs comme tout débutant, et petit à petit j’ai progressé. Apprendre, quel que soit le sujet de l’apprentissage, est une tâche exigeante. Il faut être assidu, pratiquer, écouter les remarques et les conseils de ses pairs et ne pas se décourager. Vouloir tout tout de suite est une erreur. Dire que l’on n’y arrivera pas en est une autre. Au fil du temps, on cerne mieux qui on est, on mesure le chemin parcouru et on sait qu’il restera toujours beaucoup à apprendre. Fierté et humilité sont mêlées et c’est — je pense — une belle association de sentiments.

La fierté, je la ressens quand je re-vois certaines de mes photos. Je les aime toujours et je me dis que je devrais les partager, et pour certaines raconter leur histoire. L’humilité est un garde-fou, une boussole ; elle m’incite à ne pas faire le malin ; elle me rappelle que je suis et resterai toujours un amateur. Ici je vous présenterai donc certaines de mes images. Voilà pour la partie Photo des Photochroniques.

La partie Chroniques — billets si vous préférez — sera consacrée à divers sujets qui me tiennent à cœur. Des commentaires à propos de mes images comme je l’ai mentionné précédemment mais aussi des thèmes photographiques plus généraux, par exemple la photo abstraite, les photographes que j’aime — des grands maîtres bien sûr mais aussi des personnes bien vivantes dont la production me séduit et que j’aime suivre sur les réseaux, flickr, instagram ou internet.

Je parlerai peu de technique ; ce n’est pas ce qui m’intéresse au premier chef. Il y a beaucoup de blogs qui traitent cet aspect de la photographie ; un de plus, quel intérêt ? Pour m’exprimer comme David duChemin, je parlerai plutôt d’intention ou de vision. Je parlerai aussi de composition, d’influences et d’histoire de la photographie. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant que certaines de mes images, que je croyais originales, s’inscrivaient dans la ligne de mouvements — allemands notamment — des années 1920–1930 ?

Pour votre information, j’aurai 65 ans cette année. Je suis en retraite depuis un peu plus de deux ans. J’habite Cergy, dans le Val-d’Oise, à proximité d’un lieu emblématique appelé l’Axe majeur, dont j’aurai l’occasion de vous parler prochainement.

Ainsi s’achève mon premier article. À bientôt pour la suite de mes photochroniques !