Portraits vite faits

Réalisées dans des conditions peu favorables, quatre images volées de mon plus jeune fils. Prises au téléobjectif lors d’une réunion de famille, elles n’ont rien à voir avec une séance studio même si cela en a l’apparence. Je trouve qu’avec un nombre d’ISO aussi élevé — 12 800 — le résultat est correct. Le rééchantillonnage Prime de DxO Lab y est pour beaucoup. 

Vincent, le 10 novembre 2019.

Mon Cri

D’après Le Cri d’Edvard Munch. Une image expressionniste en diable.

C’est la première fois que je m’inspire aussi directement d’une œuvre d’art. Réalisée très vite, avec des moyens dérisoires, une lampe qui éclaire un mur en diagonale pour rappeler la perspective du pont du tableau de Munch, cette photographie exprime une forme de déprime face à un monde qui va de travers et où l’espoir semble de plus en plus absent.

Encordés Danbos

Encore des Danbos ! Ma première publication de digital art. J’ai encore beaucoup de progrès faire mais en même temps je ne visais pas le réalisme et la perfection des effets spéciaux des images et des films actuels. C’était pour m’amuser et pour le coup c’est réussi.

Bon dimanche à tous et à bientôt.

Sous la véranda, j’écoute un livre audio

Sous la véranda, j’écoute un livre audio. Nous sommes lundi 21 janvier. Le soleil brille faiblement et projette des ombres étranges sur le mur blanc en face de moi. En cette fin d’après-midi, un faible vent agite les branches sans feuilles des arbres ; les ombres semblent pleines de vie et des taches de lumières apparaissent et disparaissent sans cesse dans un mouvement joyeux.

Ma silhouette aux contours indécis est néanmoins identifiable. Je saisis l’occasion ; ce sera un autoportrait, encore un, sauf que ce n’est pas moi qui suis photographié, seulement mon ombre et — je l’espère — un peu de la magie d’un moment de totale déconnexion, un rêve éveillé où des humains exilés de la Terre tentent de recréer une civilisation respectueuse de sa planète, tandis que dehors, à peine audibles, les oiseaux chantent.