Multiplier les regards

Bonjour !

Dans ma précédente photochronique, je vous ai décrit en détail les circonstances de la prise de vues et du post-traitement d’une image particulière, unique illustration de mon article. Aujourd’hui, mon approche est inverse ; plusieurs images, prises sous des angles différents, à des moments différents, avec des post-traitements différents voire opposés, accompagnent le texte. J’essaierai de répondre à cette question : « Comment traiter un même sujet sous différents angles ? Comment multiplier les regards ? »

Les velux

Le plafond de mon salon, récemment refait, est devenu un sujet récurrent pour le photographe amateur que je suis. En comparaison avec d’autres sujets récurrents tels que Venise ou le Taj Mahal, mes velux ont l’avantage d’être faciles d’accès et les photographier n’a aucun effet négatif sur l’atmosphère de la planète. Ils constituent un sujet hors norme. Certaines personnes trouvent que les sujets sortant de l’ordinaire sont plus difficiles à traiter ; je pense le contraire car, pour moi, les sujets rebattus sont difficiles à renouveler et requièrent un effort accru pour atteindre un résultat satisfaisant parce que le spectateur a des références très élevées dans sa photothèque personnelle. Un sujet original présuppose une observation régulière de son environnement — garder l’œil ouvert, je dirai même l’esprit ouvert  la recherche de sujets photographiques autour de soi. Pour moi, c’est plus facile car il y a moins de concurrence.

Pour mes velux, passé la surprise initiale provoquée par ces puits de lumière qui changent radicalement l’atmosphère de mon salon, mon accroche est la géométrie. Les forts contrastes, les formes géométriques simples et rectilignes, les lignes de fuite, tout concourt selon moi à l’élaboration d’une image semi-abstraite. La couleur ? Elle n’existe quasiment pas car tout est blanc, en demi-tons. Mes images de velux sont monochromes, en couleur ou en niveaux de gris (couramment appelé noir et blanc).

Ma mission, si je l’accepte — ce que je fais avec plaisir —, consiste dans ce cas précis à élaborer une image intéressante d’un sujet a priori non artistique. Ce défi a l’avantage d’être ouvert. Il peut se traiter ad infinitum, la difficulté étant de se remettre en question à chaque occurrence pour ne pas se répéter. Je vois cette problématique comme un exercice de style personnel, comme des variations musicales, étant entendu que ces variations n’existent qu’à partir du moment où elles sont proposées conjointement et peuvent être comparées.

Comfortably Numb — High key monochrome, photographie semi-abstraite

La joie de la lumière dure #2 — Low key noir et blanc, photographie abstraite

La Passerelle (le pont rouge de Cergy)

Tout photographe amateur a ses spots, ces emplacements prétendument propices à la photographie, auxquels il tient et qu’il visite régulièrement. L’Axe majeur est l’un de mes spots préférés, pas très original au demeurant.

Les deux photographies ci-dessous se prêtent bien au jeu des comparaisons. Points communs d’une part, oppositions d’autre part. Le lieu étant le même, il s’ensuit des points communs incontournables : le rouge de la peinture, la symétrie de l’ouvrage, les lignes de fuite — plus ou moins spectaculaires selon le point de vue, celles-ci font aussi partie des oppositions. L’humain, absent sur la première image, présent sur la seconde, est une différence marquante entre des deux images. Et puis il y a les impondérables, ces éléments que l’on ne contrôle pas, la météo par exemple, différente entre les deux photographies mais qui pourrait être la même, c’est une question de chance. La correspondance de couleurs de la seconde image, qui ne doit rien au hasard mais a exigé de la patience de ma part, en fait la spécificité.

La Passerelle — Photographie au ras du sol

La jupe rouge — Correspondance de couleurs


Avant de vous laisser vaquer à vos occupations personnelles — formule amusante car nous ne sommes pas des ruminants — je tiens à exprimer mon désappointement à la suite de ma dernière chronique. Aucune réaction à son sujet. Nul commentaire, nul like. Je sais que vous n’êtes pas nombreux à me lire, que l’article n’était peut-être pas le meilleur de mon blog, qu’il ne s’agit pas d’une anomalie statistique et qu’il ne faut donc pas en tirer une conclusion définitive. Mais ce n’est pas pour autant facile d’être ainsi dans le noir, à ne savoir que penser. S’il vous plaît, si vous avez aimé cette chronique, pensez à cliquer l’étoile pour dire « J’aime », cela ne prend que quelques secondes et me fera le plus grand bien. Si vous pensez avoir quelque chose à dire, en bien ou en mal, dites-le — en restant courtois bien entendu.

Merci par avance pour vos éventuelles réactions. À bientôt si le cœur vous en dit.

Auteur : bernardbouthors

Photographe amateur

12 réflexions sur « Multiplier les regards »

  1. Navrée Bernard, je viens seulement d’avoir le temps pour effectuer mon rattrapage lecture… j’aime beaucoup ta photo de l’axe majeur avec les passants, elle me fait penser à la pub kenzo: dominante rouge et style épuré.

    Aimé par 1 personne

Répondre à emiliehr Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.